Annonceur
Annonceur

A la Une

18.03.2017, Oslo, Norway (NOR):Marie Dorin (FRA) getting the Holmenkollen medal -  IBU world cup biathlon, pursuit women, Oslo (NOR). www.nordicfocus.com. © Manzoni/NordicFocus. Every downloaded picture is fee-liable.

"Fière d'être arrivée en haut, rôtie, cramée et lessivée"

Marie Dorin-Habert, 15eme de la montée du Lysebotn, revient en détail sur sa performance du jour. Entre fatigue, extra-terrestre, virages et pancakes, on ne s'ennuie pas une seule seconde...

...

Encore une fois Marie Dorin-Habert nous livre un récit plutôt sympa, à prendre souvent au second degré, avec une dose d'humour bien mesuré.

"Il est 18h50. Ça fait à exactement 5h que j'ai pris le départ de la montée infernale." explique t'elle sur sa page Facebook.

"Ça fait donc exactement 4h23minutes que j'ai franchis la ligne d'arrivée, rouge, écumant, les flancs trempés d'eau salée. Fière d'être arrivée en haut, rôtie cramée et lessivée...

On ne peut pas dire que ma course se soit bien passée. J'ai ramé tout le long sans plaisir, j'ai subit le pourcentage regrettant ma crêpe au nutella du matin. 

Pourtant, honneur due aux vieilles je pense, je me suis trouvée sur la même ligne de départ que les grandes du ski de fond mondial.

Je ne la nomme même pas, brune norvégienne hyper musclée mais je l'ai observée les yeux ronds comme on regarde un extra-terrestre, (vous en avez déjà vu vous ? Moi oui, aujourd'hui).

J'étais donc assez fière quoique un peu honteuse -ce qui ne va pas ensemble en fait- de me retrouver à côté d'elle.Je me suis offert le luxe de lui faire un petit sourire. J'ai du avoir l'air assez bête. Je crois qu'elle n'a pas compris.

Tan pis. De toute façon elle ne m'a pas vu longtemps : après 1 km, partie comme un boulet de canon, j'ai été ralentie par ma densité et le frottement de l'air et j'ai donc du mettre le clignotant jusqu'en haut de la montée.

C'est assez dur de se faire doubler tout le long de la course. C'est assez dur aussi de croire qu'il ne reste plus qu'un virage alors qu'il en reste 10. C'est carrément dur de ne pas être en forme et de subir une course aussi violente que celle-ci.

Mais qu'est ce qu'on se sent bien après avoir fini !!

Défi remporté contre ma peur de la course.  Peur 0 Riri 1. Petite déception, j'étais tellement mal à l'arrivée que je n'ai pas pu me goinfrer de pancakes. 

L'an passé je m'étais bien goinfrée. Là non. 

Ce soir le mal de crâne me fait dire que la course m'a m'arraché certains neurones. C'est ça qui fait mal.  Si ça ne vous est jamais arrivé, c'est soit que vous n'êtes pas allés loin dans l'effort, soit que vous n'avez pas de neurone."

...

Plus d'infos ICI

...

Photo : Nordic Focus

...


Annonceur

Dates à retenir

 16/12/2017Coupe du Monde Le Grand BornandBiathlon
 16/12/2017IBU Cup ObertilliachBiathlon
 16/12/2017Coupe du Monde Val d'IsèreSki alpin
 16/12/2017OPA Cup St Ulrich PillerseetalSki de fond
 16/12/2017Coupe du Monde EngelbergSaut à ski
 16/12/2017Coupe du Monde ToblachSki de fond
 16/12/2017Coupe du Monde RamsauCombiné nordique
 16/12/2017Coupe du Monde HinterzartenSaut à ski
Annonceur
Annonceurs

Italian

Italian

Italian    Italian

Annonceur
Annonceur
Annonceur
Annonceur Annonceur
Annonceur Annonceur
Annonceur